La création d’un dashboard efficace conformément aux meilleures pratiques en matière de conception est l’aboutissement d’un processus d’informatique décisionnelle exhaustif qui repose en général sur trois piliers : le recueil des exigences, la définition des KPI et la création d’un modèle de données. Toutefois, la pertinence de la conception a une importance non négligeable. Un dashboard mal conçu pourrait en effet ne pas transmettre des informations utiles, et même rendre les données moins compréhensibles qu’elles ne l’étaient à l’origine.

À quoi reconnaît-on une bonne conception de dashboard d’informatique décisionnelle ?

  • Elle simplifie le complexe : nous avons beaucoup d’informations, énormément de données qui changent sans cesse ainsi que différents besoins et questions en matière d’analytique. Notre but est de simplifier toute cette complexité.
  • Elle raconte une histoire claire : nous voulons pouvoir relier les données à leur contexte dans l’entreprise et répondre aux questions de l’utilisateur. C’est là que la présentation visuelle d’un dashboard joue un rôle primordial.
  • Elle exprime la signification des données : les visualisations choisies doivent correctement représenter les données et les informations que vous souhaitez en extraire.
  • Elle révèle des détails si nécessaire : nous voulons que chaque utilisateur ait accès aux données dont il a besoin, ni plus ni moins. Certains utilisateurs souhaitent une vue granulaire des données, tandis que d’autres se contentent d’un aperçu.

Bien que les exigences, les limites et les objectifs diffèrent pour chaque dashboard de données, il existe quelques grandes lignes qui conviennent dans presque tous les cas. Nous allons vous présenter quatre de ces principes et vous expliquer comment les appliquer à vos dashboards dès maintenant.

Voyons tout d’abord à quoi pourrait ressembler un dashboard mal conçu :

A poorly designed BI dashboard
Cliquer pour agrandir

Quels mauvais choix de conception se remarquent immédiatement ?

  • Le trop grand nombre de widgets (environ 30), de visualisations et d’indicateurs encombrent la vue.
  • Il faut bien plus de cinq secondes pour répondre à des questions de base, telles que « Quel est le montant total des ventes ? ».
  • La présentation visuelle ne repose sur aucun principe d’organisation : les widgets semblent disposés au hasard.
  • Les tableaux du bas n’apportent que peu de renseignements.

En appliquant les principes suivants, ce dashboard pourrait être considérablement amélioré.

Telling A Story Webinar Banner

1. La règle des cinq secondes

Votre dashboard doit fournir les informations pertinentes en environ cinq secondes.

Votre dashboard doit pouvoir répondre à vos questions commerciales les plus fréquentes en un coup d’œil. Si vous mettez plusieurs minutes à trouver les informations souhaitées, la présentation visuelle de votre dashboard pourrait bien être problématique.

Lorsque vous concevez un dashboard, essayez de suivre la règle des cinq secondes : c’est le temps qui devrait suffire, à vous comme à vos parties prenantes, pour y trouver les informations que vous recherchez. Une analyse ad hoc sera bien sûr plus longue, mais les mesures les plus importantes, celles qui sont le plus souvent nécessaires pour l’utilisateur du dashboard pendant sa journée de travail, doivent immédiatement ressortir.

2. La présentation logique : la pyramide inversée

Affichez les renseignements les plus significatifs dans la partie supérieure du dashboard, les tendances au milieu et les détails granulaires en bas.

Lorsque vous concevez un dashboard, il est important d’adopter une forme d’organisation. L’une des plus utiles est celle de la pyramide inversée (voir l’image). Ce concept, issu du monde du journalisme, divise le contenu d’un bulletin d’information en trois par ordre d’importance : les informations principales se trouvent en haut, suivies des détails significatifs qui aident à comprendre cette vue d’ensemble, puis des informations d’ordre général ou contextuel, qui sont bien plus détaillées et permettent aux lecteurs de se renseigner plus en profondeur. (Rapprochez cette structure de celle d’un article de presse, avec titre, sous-titre et corps de texte).

Pourquoi une technique journalistique peut-elle aider à concevoir un dashboard ? Parce que les dashboards d’informatique décisionnelle, comme les bulletins d’information, racontent une histoire. Cette histoire doit obéir à la même logique interne : garder les renseignements les plus importants en haut, les tendances (qui placent ces informations dans leur contexte) juste en dessous et les détails plus granulaires (que vous pouvez davantage explorer) en bas.

Conception de dashboard selon la méthode de la pyramide inversée

3. Le minimalisme : moins, c’est mieux

Chaque dashboard doit contenir de cinq à neuf visualisations, pas plus.

Certains concepteurs ressentent le besoin de saturer leur dashboard de détails afin d’offrir une vue plus riche. Même si cette approche semble fondée en théorie, la psychologie cognitive nous apprend que le cerveau humain ne peut absorber que sept, plus ou moins deux, éléments à la fois. C’est donc le nombre d’éléments que votre dashboard doit contenir. Si vous dépassez cette limite, l’encombrement et le bruit visuel viendront distraire et détourner l’utilisateur de l’objectif premier du dashboard.

Pour éviter l’encombrement visuel, vous avez deux options : superposer les données à l’aide de filtres et de hiérarchies (par ex., plutôt que d’avoir un indicateur pour le montant des ventes en Amérique du Nord et un autre pour celui en Amérique du Sud, donnez à l’utilisateur la possibilité d’appliquer un filtre permettant de faire basculer le même indicateur entre ces deux régions) ou tout simplement décomposer votre dashboard en deux dashboards distincts, voire plus.

4. Le bon choix en matière de visualisation des données

Sélectionnez le type de visualisation des données approprié selon l’objectif visé.

Comme nous avons déjà parlé des façons de visualiser les données, nous n’entrerons pas trop dans les détails cette fois. Disons simplement que les visualisations des données sont faites pour être bien plus qu’un plaisir des yeux : elles doivent servir un objectif particulier et transmettre des faits spécifiques plus efficacement que le format tabulaire de base.

Avant de choisir une visualisation, réfléchissez au type d’informations que vous essayez de relayer :

  • Relation – Lien entre deux variables ou plus
  • Comparaison – Comparaison de deux variables ou plus côte à côte
  • Composition – Décomposition des données en éléments distincts
  • Distribution – Plages et groupements de valeurs au sein des données

Vous hésitez ? Notre assistant interactif est à votre disposition pour vous aider à faire le bon choix en matière de visualisation des données.

Dashboard de commerce en ligne
Exemple d’une bonne conception de dashboard

Conception de dashboard : que faut-il d’autre ?

Il est primordial de faire le bon choix en matière de visualisation pour vous assurer que vos utilisateurs finaux comprennent ce qu’ils regardent. Mais votre mission ne s’arrête pas là. Quand vous réfléchissez à la conception d’un dashboard, vous devez également tenir compte de son utilisateur final.

Par exemple, si vous concevez un dashboard pour quelqu’un qui se concentre sur l’optimisation d’une plateforme publicitaire, vous devrez probablement axer vos widgets sur les mesures qui augmenteront les taux de conversion. Dans la mesure où votre utilisateur final est au cœur de ce qui se passe pour chaque annonce au quotidien, il est tout à fait logique qu’il étudie les mesures granuleuses comme le CPM (coût pour mille). En revanche, un vice-président du marketing souhaitera probablement voir en un coup d’œil, dans les grandes lignes, comment les performances des annonces affectent les arrivées de prospects.

Ad Platform - Marketing Dashboard

En ce sens, comme nous l’avons mentionné plus haut, ne plongez pas tête baissée dans la conception du dashboard : consultez vos utilisateurs finaux pour recueillir leurs exigences et définir les KPI. Faute de quoi, vous pourriez concevoir le plus beau dashboard du monde sans qu’il ne change rien à leur processus décisionnel sur le long terme.

Telling A Story Webinar Banner