Trois étapes pour les professionnels de l’informatique décisionnelle

Lancer une initiative d’informatique décisionnelle peut s’avérer délicat : même si nous croyons fermement dans l’informatique décisionnelle agile et dans les gains rapides, il faut que le responsable du projet et les dirigeants commencent par aligner leurs besoins et leurs attentes, en tâchant de comprendre le but visé par leur entreprise. Bonne nouvelle : un analyste efficace peut parvenir à ce résultat en un jour ou deux.

Après tout, il est logique qu’avant de plonger dans les schémas, les calculs et les tableaux, la première chose à faire soit de vraiment comprendre ce que l’entreprise espère réaliser. Cela peut paraître évident, mais vous serez surpris du nombre de fois où j’ai vu des entreprises sauter cette étape pour passer directement à la création de leurs dashboards des KPI, sans réfléchir une seconde à la pertinence de ces KPI pour le projet concerné.

C’est souvent dû au fait que certains cadres ou analystes ont une idée préconçue du résultat final, acquise chez un ancien employeur ou lors d’un précédent projet, qui ne correspond pas nécessairement à la situation en question. Souvenez-vous : le processus doit toujours commencer par l’entreprise et servir l’entreprise. Ce sont les mesures qui doivent correspondre à l’entreprise, et non le contraire. Vous devez vous montrer suffisamment flexible pour trouver la solution d’informatique décisionnelle dont votre entreprise a besoin, plutôt que celle que vous pouvez créer le plus facilement.

Donc, sans plus attendre, voici comment établir un plan de projet d’informatique décisionnelle réussi.

Étape 1 : interroger les principales parties prenantes

Étape 1 : interroger les principales parties prenantes

Ce dont vous aurez besoin : une attention sans faille

Durée : 1 à 2 jours

Livrable : récapitulatif des exigences de l’entreprise

En matière de gestion de projet d’informatique décisionnelle, la meilleure façon de comprendre le but visé par l’entreprise consiste à organiser des réunions en face à face avec les parties prenantes concernées (ou, faute de mieux, par téléphone ou Skype). Cela concerne les cadres, les responsables ou les utilisateurs analytiques qui consulteront régulièrement les données.

Ne sautez pas cette étape ou débrouillez-vous avec des spécifications écrites ! Ces quelques heures de réunion vous faciliteront grandement la tâche et augmenteront considérablement les chances de réussite du projet.

Questions à poser aux participants :

Questions de renseignement : Pourquoi faut-il un dashboard particulier ? Qui utilisera le dashboard et qui recevra ses résultats ? Où (et sur quel appareil) cela se fera-t-il ? Quand le dashboard sera-t-il utilisé ?

Processus décisionnels actuels et souhaités : Comment les décisions sont-elles prises actuellement ? Comment souhaitez-vous que les décisions soient prises à l’avenir ? Quelles données sont manquantes ou difficiles d’accès et comment cela affecterait-il les processus décisionnels ?

Points de difficulté : Qu’avez-vous toujours voulu savoir, sans parvenir à trouver la réponse ? Pourquoi les données sont-elles trop difficiles à trouver ou à analyser ? Où les ressources analytiques/informatiques vont-elles actuellement et comment pourraient-elles mieux être utilisées ?

Full Stack vs. Data Visualization

Étape 2 : au tableau !

Ce dont vous aurez besoin : un tableau blanc et des marqueurs, un stylo et du papier ou PowerPoint/Visio

Durée : 2 à 3 heures

Livrable : liste des questions commerciales cruciales auxquelles répondre

Une fois que nous aurons fini d’interroger nos parties prenantes clés et compris ce qu’elles attendent du projet d’informatique décisionnelle, nous commencerons à visualiser – non pas (encore) les données, mais les processus eux-mêmes. Ce ne sont pas des tableaux, des widgets ou des visualisations que nous allons dessiner ici, mais une sorte de graphique.

Créez un diagramme qui illustre le flux de travail pour chaque processus commercial concerné. C’est à ce stade de la planification que nous voyons si nous avons besoin de plusieurs dashboards, schémas, etc. Lorsque vous aurez terminé, vous devrez pouvoir décrire la façon dont l’entreprise prend des décisions et comment elle en mesure la qualité (par ex., le service marketing se concentre sur les performances des campagnes, l’équipe chargée des témoignages clients se préoccupe de la santé des comptes, le directeur général souhaite connaître la valeur du contrat annuel, etc.).

Conseils pour créer votre diagramme de processus commercial

Approche descendante : commencez par les KPI les plus importants, ceux qui peuvent concerner le décisionnaire le plus haut placé (valeur du contrat annuel, croissance, recrutement, etc.) Les mesures secondaires doivent découler de vos mesures des KPI les plus importants.

Faites simple : même pour les grands projets, vous devez viser un nombre de mesures inférieur à dix. Votre ligne directrice doit être : plus d’informations, moins d’indicateurs. Dans cet esprit, essayez d’identifier la mesure qui compte (par ex., une moyenne pondérée est souvent préférable à cinq chiffres distincts).

Étape 3 : faire des simulations

Ce dont vous aurez besoin : le même matériel qu’à l’étape 2

Durée : 2 à 3 heures

Livrables : ébauches de vos premiers dashboards, liste de faits, dimensions et filtres

Pour les petits projets, cette étape peut être facultative : si les questions commerciales sont relativement peu nombreuses ou assez faciles, vous pouvez directement lancer votre outil d’informatique décisionnelle et commencer à modéliser vos données et à créer des dashboards. Toutefois, pour les plus grands projets, je suggère toujours de créer une ébauche du dashboard pour définir le résultat final (votre plan pour y parvenir est le livrable de l’étape 2) et pour vous assurer de remporter l’adhésion des parties prenantes concernées.

C’est à ce stade, après avoir identifié les questions commerciales, que nous pourrons commencer à nous mettre au travail : d’où viennent les données ? Quelles sont leurs sources et comment nous y connecter (avec Sisense, c’est incroyablement simple grâce à nos connecteurs intégrés) ? Faudra-t-il se connecter aux sources de données non structurées ? Quelles données ne sont pas disponibles pour le moment et devront être prises en compte ?

Les réponses à ces questions devraient vous donner une idée claire de vos dimensions, faits et filtres. Vous pourrez ensuite créer une simulation des widgets et des visualisations de données que vous appliquerez en vue de présenter au mieux les données.

Une fois satisfait de votre simulation, retournez auprès des parties prenantes pour obtenir leur aval : après tout, ce sont elles qui consulteront régulièrement ces dashboards. Elles doivent donc comprendre pourquoi ils ont cet aspect et en quoi ils représentent les données en question. Quant à vous, ces retours précoces vous feront gagner du temps en vous évitant d’apporter des ajustements et des modifications après la création du dashboard. Vous avez l’approbation souhaitée ? Félicitations, vous êtes prêt !

Éléments à prendre en compte avant la planification

Avant de vous mettre au travail et de suivre les trois étapes ci-dessus, vous devez vous assurer que l’outil que vous utilisez est adapté aux besoins de votre entreprise.

Quels sont vos principaux points de difficulté (ceux qui concernent l’outil que vous possédez déjà ou ceux que vous souhaitez résoudre en intégrant un outil) ? Peut-être souhaitez-vous gagner du temps et économiser des ressources en passant des rapports générés manuellement à des rapports approfondis automatisés qu’il suffit de configurer une fois pour obtenir systématiquement des documents exacts en temps voulu. Ou peut-être souhaitez-vous veiller à ce que votre entreprise possède une seule source de vérité pour que l’ensemble du personnel soit sur la même longueur d’onde.

Dans tous les cas, vous devez également faire attention au coût d’une solution d’informatique décisionnelle. Il existe une longue liste d’éléments à prendre en compte lors du calcul du coût total de possession d’une solution d’informatique décisionnelle. Avant tout, assurez-vous que la plateforme que vous évaluez répond à tous vos besoins et peut gérer toutes vos données au fur et à mesure de votre croissance. Ensuite, essayez d’estimer vos besoins internes en matière de budget, de ressources et de recrutement ainsi que les coûts de réaffectation d’employés travaillant sur d’autres projets pour que la mise en œuvre se déroule sans heurt.

Conclusion (et avis de non-responsabilité)

Il va sans dire que chaque entreprise et chaque initiative d’informatique décisionnelle est unique. Pour certaines, ce processus peut prendre une heure ou deux et pour d’autres, des semaines entières. Quoiqu’il en soit, et que vous ayez déjà un système d’informatique décisionnelle en place ou pas, je vous recommande vivement de suivre ce cadre pour chaque projet d’informatique décisionnelle que vous lancez : avec un plan en poche, vous serez bien plus susceptible d’arriver à destination.

Full Stack vs. Data Visualization
Tags: |